15/02/2014

In the shadows, part 2

L'histoire de mon amie qui a traversé un burnout.

Part 2

La dernière goutte

surchargement.jpegMon verre était gentiment en train de se remplir. J’ai vécu une restructuration de l’équipe marketing, et on m’a promis un nouveau poste. Je pensais que ce poste allait être plus adapté, mais il a été décalé. Du coup, je me suis retrouvée entre deux jobs. Je faisais mon ancien job à 50%, et le nouveau job à 50%. La transition était beaucoup plus longue que ce que je m’étais imaginé. J’attendais beaucoup mon nouveau poste, car je ne me sentais pas à ma place dans l’ancien. Au bout d’un moment, je n’avais plus de patience, je devais jongler entre ces deux jobs, et tout ce que je je ressentais c’était de la frustration et de la fatigue. C’était cette transition qui était la dernière goutte qui a fait déborder le vase. Et le burn-out s’est déclaré...

part1_3.jpg

CLASH

En novembre 2012, mon médecin de famille m’a mise en arrêt maladie pendant deux semaines, à 100%. Il m’a également envoyée chez un psychothérapeute. Après deux semaines, je suis retournée au travail à temps partiel, je travaillais encore 1 mois et demi. J’avais beaucoup de mal à gérer la situation avec mes collègues, je parlais très peu avec eux de tout ce qui se passait. Et très peu me posaient des questions. J’avais l’impression que mes collègues me jugeaient. Certaines personnes ont l’air de penser que l’on peut toujours se forcer, et que le burnout est un signe de "faiblesse". Moi, j’ai appris une chose pour toute ma vie: si tu n’écoutes pas qui tu es, au bout d’un moment c’est ton corps qui va réagir. Si tu ne te dis pas stop, à un moment donné c’est ton corps qui va te dire STOP. Si tu fais l’inverse de qui tu es, au bout d’un moment ça fait un clash, ce qui t’empêche même de faire le minimum.

Pendant cette période j’ai beaucoup réfléchi, parce que je n’allais pas bien du tout, et finalement j’ai décidé de démissionner.

Là, j’ai senti que je respirais à nouveau.

breath.jpg

Finding the answers

Quelle était la vraie raison pour la quelle je me suis retrouvée dans cette situation? Notamment parce que je ne m’écoutais pas assez. J’avais très souvent la tendance de m’adapter à mon environnement. Pourtant, j’avais un job qui n’était pas adapté à qui j’étais. Il y avait en plus une surcharge de travail, et j’étais dans une culture qui ne me convenait pas complètement. J’avais aussi un manque d’équilibre entre le travail et ma vie personnelle, un manque de sport, d’activités un peu FUN, un manque de relations. Mon travail était au centre de ma vie. A travers cette histoire, j’ai appris que moi aussi j’avais une valeur, et je ne suis pas obligée à chaque fois de m’adapter aux autres. En fait, ce burnout m’a fait beaucoup plus de bien que de mal...

Les commentaires sont fermés.