25/05/2014

BUZZ

It’s been a while. Je n’ai pas écrit depuis un moment. J’attendais. Bêtement. Au départ, quand j’ai eu la possibilité d’écrire ici, je voulais le faire parfaitement, j’ai toujours raconté la vérité, mais je n’osais pas forcément tout dire, et j’attendais que ma situation soit bien stable, ainsi j’aurais pu raconter de belles histoires de la vie en Suisse. But life is not like this. Rien n’est parfait, rien ne sera jamais "parfaitement parfait", et je vous jure, si on attend quelque chose, ou quelqu’un que l’on croît parfait, on peut très bien passer à côté de tout ce qui compte vraiment dans la vie. Je ne veux plus passer à côté de l’essentiel. Disons qu’en ce moment ma situation est encore assez difficile, mais à vrai dire, j’en suis reconnaissante, et je fais de mon mieux. J’aime beaucoup écrire, alors enfin j’ai pris le courage de commencer vraiment mon blog, et écrire d’une vie pas du tout parfaite, mais d’une vie vraie. So let’s tell everything.

J’ai fait l’université en Hongrie, j’ai étudié 5 ans pour devenir professeur de français, j’ai travaillé dans deux écoles de langues pour financer mes études. Expliquer la grammaire, faire et corriger des tests, apprendre en enseignant, fouiller dans les livres de grammaire, lexique, orthographe, chercher des informations sur l’internet, apprendre des nouvelles expressions, voir l’évolution de mes élèves, les connaître de mieux en mieux, je l’adorais. La Hongrie par contre est un pays très difficile à vivre ces temps. En fait, j’en ai eu assez marre du pouvoir politique hongrois, qui est en train de détruire son propre peuple. Ça sonne triste, mais c’est la vérité. Alors j’ai fini mes études, et je suis partie.

Puis voilà,la Suisse, un pays que je respecte beaucoup, un pays que j’aime profondément, un pays où j’ai commencé à me sentir en sécurité, pour la première fois dans ma vie. Alors où est le problème?

Je commence vraiment à penser autrement. Ce n’est plus un problème, mais une difficulté à résoudre. Vous savez, je pouvais passer des heures avec la langue française, I am crazy about it, et quand je faisais mes études et je travaillais dans l’enseignement, j’avais ce petit sentiment que j’appelle mon "buzz"....Le petit sentiment qui te dis que tu fais quelque chose que tu aimes profondément. Je me suis dit, ok, je viens en Suisse, j’essaie de perfectionner mon niveau, et plus tard je vais essayer de me trouver un job comme enseignante, ou dans un autre domaine qui me plaît. Avant, j’avais vraiment ce petit buzz. J’allais à l’université, j’allais bosser, j’écrivais mon mémoire, je sortais avec mes amis, j’écrivais, j’étais vraiment comme une petite abeille. Ici, je travaille actuellement comme éducatrice, et il faut savoir que j’aime beaucoup mon groupe, je suis pas mal attachée à eux, ce n’est même pas ça, mais je me suis rendue compte de quelque chose. Ce n’est pas vraiment fait pour moi.

La parole de la chanson que j’écoute récemment beaucoup dit: 

"Now, I ain’t much of a poet but I know somebody once told me

To seize the moment and don’t squander it

'Cause you never know when it all could be over tomorrow"

And if it’s over tomorrow, I would like to do what I love today. Changer de pays sans rien au départ, c’est déjà assez intéressant. Essayer de changer complètement de métier dans un pays étranger, ça c’est très intéressant….Alors me voilà, en Suisse, dans le pays que j’aime, avec le désir de vouloir reprendre des études et d’apprendre un  tout nouveau métier. Je vais en parler prochainement. En français on dit: qui n’ose rien n’a rien. Alors je continue, j’essaie de trouver la solution. J’aimerais vraiment pouvoir trouver ma place ici, d’abord cela venait de l’amour pour le pays, mais maintenant, il y a autre chose aussi, qui est beaucoup plus important. Ça m’a pris deux ans, mais enfin j’ai trouvé des amis ici en Suisse. De vrais amis. Ils font partie de ma vie, et je n’aimerais pas les perdre. Alors j’ai presque tout trouvé ici, sauf cette petite porte professionnelle. But I keep looking. And for the first time since I am here, at least I feel, I am not alone….

Commentaires

Que de perles en ce lagon."En fait, j’en ai eu assez marre du pouvoir politique hongrois, qui est en train de détruire son propre peuple." Vous êtes sûre qu'il n'y ait actuellement un gouvernement (celui de Suisse y.c, évidently)qui fasse autre chose?
Keep looking, but not with clesed eyes!

Écrit par : P.longer | 26/05/2014

Je n'ai pas fermé les yeux. Au contraire. Je sais exactement quelles sont les difficultés pour les étrangers en Suisse, surtout en ce moment. Mais cela ne veut pas dire qu'on n'a pas le droit d'essayer. C'est ce que je fais, c'est ce qu'on fait tous.

Écrit par : Nóra | 26/05/2014

Les commentaires sont fermés.