10/08/2014

HR in Swiss style

Pour un instant, j’ai eu envie de changer le nom de mon blog. Once upon a time….c’est le début d’un conte de fées….Et soyons honnêtes, vivre en Suisse en tant qu’étrangère n’a juste rien à voir avec un conte. J’aurais voulu donner le nom: A foreigner in Switzerland. Puis je me suis calmée, et  je l’ai gardé.

Il y a plus de deux ans que j’habite en Suisse, et après la phase du choc culturel - ce qui était quand même énorme pour moi, femme venant dela Hongrieà "Wonderland" -, je commence à voirla Suissed’une manière assez réaliste. Je connais maintenant bien le système, je me rends compte de plus en plus de leur mentalité et c’est ça qui me fait comprendre que j’aurai encore un long-long chemin à marcher pour atteindre mon objectif. Déjà, voir clairement mon objectif était un très grand pas. Maintenant je suis complètement sûre de vouloir changer de profession et de travailler dans les Ressources Humaines. Il y avait pas mal de signes déjà dans mon passé qui montraient bien que c’est le métier qui m’intéresse vraiment, mais j’ai fait l’immense erreur de ne pas m’écouter dès le début. Au moins, j’ai appris la leçon pour toute une vie.

Baloo’s right

Baloo chante dans Le livre de la jungle qu’il en faut peu pour être heureux. Je suis tout à fait d’accord, mais d’après tout ce que je traverse en ce moment, je dirais plutôt: il faut faire tout ce qu’on peut pour avoir le job qu’on aime vraiment pour être heureux. Et le reste, ça viendra tout seul. Lady Gaga chante: "Just love yourself and you’re set". Comme je viens de le dire: just love your job, yourself, and you’re set.

Et si seulement c’était si facile que ça….Combien de personnes sont obligées de faire un boulot qu’ils n’aiment pas, combien de gens se battent pour obtenir l’emploi qu’ils aimeraient vraiment, combien de personnes finissent par avoir un burnout ou d’autres problèmes de santé à cause d’un travail qui les épuise? Et même si on commence à marcher dans la bonne direction, combien de recherches, combien de postulations, et surtout, combien de réponses négatives nous attendent? En tant qu’étrangère, en arrivant en Suisse, j’ai essayé – comme tout le monde – de m’adapter. Puis les mois, les années ont passé, et c’est maintenant que j’ose finalement me dire: STOP. Je ne m’adapte plus à une situation qui ne me convient pas. Pour que je m’y arrive, je devais perdre beaucoup de confiance, plein d’énergie, un homme que j’aimais vraiment, et presque ma santé. Un bilan assez flagrant quand même.

What is love?

En ce moment, je pourrais décrire ma relation avecla Suisse un peu comme si c’était une relation d’amour. Je l’aime. Profondément. Depuis le tout début. Par contre, après avoir plané sur un nuage rose, je suis tombée par terre et maintenant je la vois dans sa réalité. Et cette chute m’a fait beaucoup de mal. Je voyaisla Suisse avant comme un pays chaleureux et accueillant, mais en fait elle peut être très froide, fermée, rigide, têtue, hostile. Et d’après ce que je ressens, elle juge de plus en plus les étrangers. On a eu un grand conflit,la Suisse, et moi.

So what is love? Pour moi, c’est de pouvoir être vraiment moi-même et d’être acceptée comme ça, d’aimer l’autre personne comme elle est, accepter que personne n’est parfait et que tout le monde a des défauts, et de donner la peine lors des conflits de trouver des solutions, des compromis ensemble. Et il y avait un moment quand j’ai pensé quela Suissene m’acceptait plus, qu’elle ne voulait plus de moi. Le 9 février elle a même fait une remarque, à très haute voix. Puis long silence de ma part. Pas parce que je n’avais rien à dire, mais parce que ça m’a fait mal.

Finding a way

L’amour ne sera jamais parfait, mais si tu aimes vraiment, tu trouveras toujours une solution. Alors c’est ce qu’on fait maintenant,la Suisse et moi. Je l’aime toujours, et je la traite très bien, mais maintenant il faut qu’elle arrête de me juger, et qu’elle me donne aussi la possibilité d’être moi-même, même si je suis étrangère. Je suis ici pour pouvoir m’intégrer, j’aimerais rester dans le pays, mais j’aimerais aussi pouvoir travailler dans le domaine qui me passionne vraiment. C’était ma demande. Puis il semble qu’elle sera capable de faire un effort et d’arriver à un compromis. Preuve: je commencerai la formation dans le RH en septembre, mais notre conflit est encore loin d’être reglé. J’ai commencé à chercher un stage dans mon nouveau domaine, mais c’est super difficile. J’ai l’impression que le marché du travail reste encore pas mal fermé pour nous. Déjà en regardant la plupart des annonces, très souvent si on n’a pas fait des études en Suisse, ou si on n’a pas un permis C, il y a très peu de chance que notre dossier soit retenu. Toutes les postulations que j’ai envoyées, et toutes les réponses négatives que j’au eues jusqu’ici, je vous jure, c’est pas facile à gérer. Pourtant, je continue.

My song

And Enter, and Enter, c’est ça qui occupe récemment mon temps libre. Je travaille la journée, et je cherche du travail le soir et le weekend. J’ai retravaillé mon CV, ma lettre de motivation, je lis plein d’articles dans le sujet et même si je suis étrangère, je garde l’espoir quela Suisse ouvre gentiment les yeux, et elle comprend que je ne suis pas un ennemi, et que tout ce que je demande c’est la possibilité de s’intégrer. Like in the song: if you gave me a chance I would take it, it’s a shot in the dark but I’ll make it. Mais on n’est pas encore là. Pour le moment, c’est une autre chanson qui pourrait décrire ce que je ressens. En train de me lever, et essayer de faire confiance de nouveau. Croire qu’au bout du chemin qu’on doit encore faire et qui est plein d’obstacles, on va trouver une solution. J’ai écouté cette chanson l’autre jour, et tout d’un coup ça m’a fait penser à la Suisse.

"Lost trust,21 gramsof soul

All the sanity I ever owned

Gone….

But I’m still breathing

Through the thunder, and the fire, and the madness

Just to let you shoot me down again

BUT I’M STILL BREATHING...."

 

and Enter....

HR.JPG

Lire l'article ici aussi: Once upon a time in Switzerland.

Les commentaires sont fermés.