10/02/2014

Ne nous oubliez pas SVP...

Bonsoir!

J’ai lu vos commentaires que je remercie vraiment beaucoup! Je m’excuse de ne pas pouvoir réagir plus tôt, mais j’ai bossé toute la journée, je venais de rentrer chez moi, c’était 20h. Il y a autant de choses que j’aimerais dire par rapport à ces commentaires que je me permets de le télécharger en tant que nouvelle note. 

Je ne suis pas un fake des pro-européens, je suis une vraie Hongroise, je m’appelle Nóra comme ma Maman, et j’habite dans le canton de Vaud depuis deux ans. La Suisse est devenue vraiment très précieuse pour moi, je le respecte  beaucoup, et cela m’intéresse de plus en plus ce qui se passe ici.

Mon pays, la Hongrie a été sous le contrôle de l’Union soviétique (URSS) pendant beaucoup d’années après la Deuxième Guerre mondiale, jusqu’en 1989. Je pense que la situation des étrangers en Suisse et celle de mon pays n’est pas la même chose. Nous, les étrangers n’avons aucune intention de diriger la Suisse…On aurait voulu simplement trouver notre place ici.

Je comprends ce que vous dites, que l’homme est un animal territorial, et qu’à un moment donné quand il ressent qu’on porte atteinte à son territoire, il se bat. Je comprends bien pourquoi l’UDC a lancé cette initiative, mais ce que je ne trouve nulle part maintenant, c’est la justice dans cette initiative, dans ce résultat…Vous me demandez comment je voterais si c’était le cas dans mon pays? Je me poserais sérieusement la question, contre quoi, ou contre qui je vote exactement? J’ai juste l’impression, qu’avec cette campagne très forte de l’UDC que je trouve d’ailleurs toujours très blessante, c’est les étrangers qui ont servi de bouc émissaire pour tout ce qui va mal dans le pays. Par contre, je pense qu’il aurait fallu trouver les problèmes dans le système et essayer de les résoudre, au lieu de nous donner un punch si brutalement...

Je peux de nouveau prendre mon propre exemple, je n’arrive vraiment pas à voir comment je nuis au pays…? Je travaille ici, je paie mes cotisations, mes assurances, mes impôts ici, je paie mes loisirs ici, tout. Et il y a beaucoup d’étrangers honnêtes comme moi, qui respectent vraiment la Suisse et qui ne la considèrent pas comme un bancomat… Par contre, il y a malheureusement plein de gens, je sais, qui essaient d’abuser du pays. Pour eux, Suisse = bancomat. Et je pense qu’ils le font parce qu’ils savent qu’ils peuvent le faire. Des gens qui abusent des prestations sociales, des gens qui abusent des permis, des gens qui viennent en Suisse uniquement pour trouver un(e) compagnon(e) riche et ensuite profiter des avantages du système, malheureusement j’ai vu des exemples avec mes propres yeux. Si la Suisse est un pays si sévère, alors pourquoi on ne pouvait pas trouver des solutions pour éviter que tout cela se produise? Moi, personnellement, je connais des personnes qui devaient demander une aide sociale parce qu’elles en avaient vraiment besoin, suite à une maladie par exemple etc, mais ces personnes faisaient tout pour retrouver ensuite du travail, et je les respecte vraiment.

Par contre, je voyais aussi des gens qui vivaient des aides sociales simplement parce qu’ils pouvaient le faire, ils avaient le droit, et ils ne faisaient rien pour que cela change parce que c’était juste très comfortabe pour eux de ne rien faire et d’être payés par l’Etat. Comme je vois, malheureusement il y a vraiment des gens qui veulent abuser du pays, mais maintenant, j’ai le sentiment qu’avec l’acceptation de cette initiative on a rendu difficile la vie même pour les gens qui n’ont juste rien fait de mal. Il y a des gens, des étrangers qui savent qu’ils peuvent abuser, et ils le font. Mais il y aussi des gens qui n’abuseraient pas du tout, même si la possibilité était juste devant leurs yeux. Je suis comme ça moi, et j’aimerais au moins pouvoir défendre les gens qui partagent la même mentalité, et le même respect envers la Suisse.

L’autre chose que je ne comprends pas, c’est que jusqu’ici les travailleurs étrangers étaient "acceptés" par le pays, même les bienvenus, je veux dire, comme je sais, souvent les employeurs prenaient des étrangers parce que cela leur coûtait moins cher, mais ce n’est pas les étrangers qui les obligaient de faire ainsi, en tout cas par exemple moi lors de mon entretien d’embauche je n’étais pas là en disant: "Je suis étrangère, c’est moi que vous devez prendre!"…Si la Suisse veut donner la priorité aux Suisses, elle pourrait le faire sans contingents aussi je pense.

Dernière chose que j’aurais voulu dire: ce qui m’a vraiment blessé, c’est que depuis 2002 on parle de l’établissement de la libre circulation. Moi, j’avais toute une histoire déjà avec mon permis B, et on nous a promis la fin de cette période de limitations à partir du mois de mai 2014, et voilà, au dernier moment on claque la porte devant notre visage... Alors il n’aurait fallu jamais rien promettre…

Et vous savez pourquoi je me permets d’écrire tout ça? Parce que j’aimerais vraiment au moins pouvoir défendre ces étrangers honnêtes, qui n’ont rien fait de mal à ce pays. Moi, j’ai lu des commentaires après le résultat, beaucoup de commentaires….Certains gens parlaient de nous comme d’une maladie, certains utilisaient des mots qui étaient plein d’aversion, comment ne pas le prendre personnellement? Comme je l’ai dit, je ne suis ni politicienne, ni économiste, j’aime juste beaucoup la Suisse, et je pense que le problème ce n’est pas les étrangers, mais le fait que certains étrangers peuvent abuser du pays. Il y a beaucoup de gens très intelligents ici je trouve, et je pense qu’ils auraient pu trouver d’autres solutions…Il y a maintenant une autre ambiance. C’est un peu comme si les étrangers étaient maintenant stigmatisés…Et nous tous. "Go back to where you're from"...C’est ce que je ressens. Oui, je le prends personnellement. Par exemple, j’aurais voulu beaucoup faire une école ici en Suisse, mais maintenant, je peux être contente s’ils acceptent au moins de parler avec moi étant étrangère…

J’aimerais juste dire encore une fois qu’il y a des étrangers honnêtes aussi, s’il vous plaît, ne l’oubliez pas….

 

 

09/02/2014

Claque

Un autre jour dans ma vie que je n’oublierai jamais. J’ai l’impression d’avoir reçu "a big punch in the face"…Je suis étrangère, et je suis très triste du résultat d’aujourd’hui. J’ai beaucoup lu la presse ces temps, et oui, j’ai vu les chiffres aussi, 23% de la population qui sont des étrangers, 80000 travailleurs de l’UE chaque année, etc etc, mais je ne comprends toujours pas la réponse de la Suisse.Cela aurait été difficile, mais je pense qu’ils auraient pu trouver d’autres solutions afin d’améliorer la situation des étrangers au lieu de les exlure. On nous a promis de la libre circulation. Et maintenant? Ce sera même beaucoup plus dur qu’avant. Je suis complètement d’accord qu’il y aie des étrangers qui sont là illégalement, ou bien qu’ils essaient d’abuser du sytème social, d’abuser du pays, mais on a oublié les gens honnêtes et travailleurs? Moi par exemple, jusqu’ici, je n’ai jamais touché le chômage ou d’autres aides sociales dans ma vie, et surtout pas en Suisse, j’ai toujours travaillé, je n’ai jamais payé une seule facture en retard, je paie les impôts comme il faut, et il y a beaucoup d’étrangers qui font la même chose. Et maintenant, nos vies deviennent encore plus difficiles qu’avant. Je suis étrangère, et je peux dire que je ne voulais absolument pas nuir au pays, mais au contraire. Et nous sommes nombreux. Maintenant, "with the punch in our face", on doit continuer notre chemin, who knows where... J’aimerais juste remercier énormément les plus de 1,44millions Suisses et surtout le canton de Vaud, mon canton, qui -malgré le résultat définitif- ne nous ont pas oublié…  

08/02/2014

Faith

"It’ll mess you up"

Ma série télévisée préférée est Dexter. Récemment, je passe beaucoup de temps seule, et je regarde Dexter presque chaque soir avant d’aller dormir. Je trouve que c’est une série géniale. L’autre jour, il y avait une citation dans un épisode qui m’a fait vraiment réfléchir. Dexter ne croit en rien, il suit uniquement le code de Harry (The Code of Harry, c’est son père qui le lui a appris). Il bavarde avec Frère Sam (un croyant, le personnage qui marque vraiment Dexter, lui faisant comprendre qu’on peut toujours trouver un peu de lumière dans l’obscurité). Les deux parlent de la foi.

 

Dexter: "But if faith makes people do such crazy things, what’s the point of having it?"

Brother Sam: "It’s human nature. Gotta believe in something. Right? … Faith, man. You put it in the wrong things, it’ll mess you up."

 

Bon, d’accord, ce n’était pas la citation exacte, au lieu de "mess you up" ils ont utilisé une expression un peu plus forte que je ne voulais pas citer ici, mais l’essentiel est tout à fait compréhensible.

 

La petite maison

petite maison.jpgQuand j’ai imaginé ma vie après mes études, j’ai toujours pensé à une maison. Au sens figuré. Une maison que j’aimerais construire toute seule, de mes propres forces. Une maison, où enfin, je pourrais me sentir en sécurité. C’était un bon plan, mais j’ai commis une grande erreur et je ne me suis pas rendue compte tout de suite. Pour une telle maison, il faut tout d’abord choisir le bon endroit. Ensuite, il faut trouver le bon matériel pour commencer la construction, et pour trouver le bon matériel, il faut de la foi... Et c’est là que j’ai commis une grande erreur, j’ai choisi le mauvais matériel. I put my faith in the wrong thing, trying to act like someone I am not, trying to please the others, trying to put my faith in something I didn’t really believe in. It was not me. Vous savez ce que j’aime vraiment dans la vie? C’est que quand tu prends (par hasard, exprès, peu importe) le mauvais chemin, tôt ou tard, elle va simplement te dire STOP.

right-direction.jpg

Je serai reconnaissante de l’erreur que j’ai faite toute au long de ma vie, parce qu’aujourd’hui, je sais ce que j’aimerais vraiment. Je suis encore loin de l’avoir et il y a plein de difficultés, c’est une autre question, mais au moins, maintenant, je le sais et je fais de mon mieux.


Put it in the RIGHT thing!

Pourquoi j’écris tout ça? Parce que récemment, j’ai entendu pas mal d’histoires dans mon environnement parlant des gens qui se retrouvaient dans une situation assez similaire. Ils étaient sur le mauvais chemin, et la vie leur a dit STOP. La situation a un nom aussi: burnout. Moi, je ne l’ai pas eu, mais cela m’a fait réfléchir à quel point c’est important d’être honnête avec soi-même.

Burnout. On en parle de plus en plus de nos jours. Si on regarde notre société de performance et de productivité, ce n’est pas surprenant que l’épuisement professionnel (le burnout) devienne une maladie si fréquente. Tout le monde sait ce que c’est, alors je n’aimerais pas le présenter ici en détail, par contre j’aimerais vous proposer de lire mes 3 articles suivants. J’ai rencontré une amie en Suisse, qui a traversé un burnout. Elle m’a raconté son histoire et elle était d’accord que j’en écrive un article. Il est un peu long alors j’aimerais le télécharger en trois parties, en espérant de pouvoir aider d’autres gens à travers son témoignage:

to put their faith in the right thing…

 

Coming soon: Me and my burnout, part 1